Godet concasseur: l’autonomie dans le traitement des matériaux

10-03-2015

Implantée à proximité de Bourges, la société Fontaine Travaux Publics utilise un godet concasseur MB120. Devenue autonome dans ses opérations de reconditionnement des matériaux, l’entreprise de terrassement s’approche de son objectif : "le zéro décharge".

Aujourd’hui, la société atteint les 90 % de réemploi et veut encore aller plus loin.
"A terme, nous voulons recycler les matériaux à 100 % et ainsi créer une activité en cercle entièrement fermé", explique son directeur général, Christophe Fontaine. Le défi est de taille dans une région très calcaire, où la quantité de pierre à traiter dans les terres de terrassements est très importante. "Auparavant, il nous était difficile de traiter les granulats 40/70 qui sortaient du trieur. C’est pourquoi nous avons investi, il y a de cela un an et demi, dans un godet concasseur MB120 pour réduire ces éléments en 10/100 ou 0/20 de manière à les réutiliser soit sur site, soit dans notre dépôt", poursuit le dirigeant. Plus besoin de se rendre sur une carrière pour acheter du 0/20, l’entreprise le produit elle-même grâce à son godet concasseur, ce qui lui permet de rester maître de son chantier de bout en bout, depuis la couche de fondation jusqu’à la couche de finition.

Maîtrise des coûts et du temps de broyage

Cette autonomie a une incidence directe sur les coûts de traitement pour Fontaine Travaux Publics. "Sur les chantiers de démolition, nous faisions appel à un prestataire pour broyer nos matériaux, le MB120 nous a permis de devenir autonome et donc de maîtriser nos coûts de reconditionnement. Le m3 concassé nous revient ainsi 2 à 3 fois moins cher", détaille M. Fontaine. Outre ces économies, le recours à l’outil fournit par MB France offre plus de souplesse à l’entreprise dans ses activités. Par exemple, elle n’est plus contrainte d’envoyer systématiquement des camions sur la route pour transférer les matériaux jusqu’au dépôt. Présent sur le chantier, le MB120 lui permet de traiter les pierres in situ pour une réutilisation immédiate. "Cet équipement peut recevoir des blocs importants. En cas de bourrage, il suffit de le retourner pour résoudre le problème, alors qu’un concasseur classique réclamera l’intervention d’un marteau piqueur ou d’une pince. Même le réglage des mâchoires est rapide", ajoute M. Fontaine.

Dans un contexte de marché très concurrentiel où les marges de manœuvre se réduisent pour les entreprises, nul doute qu’une "meilleur maîtrise du temps et des coûts de broyages constituent un véritable atout", conclut le dirigeant.